C'est au XIXème siècle qu'ont été créés à Lectoure, les établissements scolaires à l'origine de notre institution, mais c'est au cours du XXème siècle, par la volonté de deux prêtres diocésains, Monsieur l'Abbé TOURNIER et Monsieur l'Abbé Guy de LARTIGUE, que Saint-Joseph s'est développée et a grandi pour devenir l'institution qu'elle est aujourd'hui.

Mais pour comprendre l'histoire de notre institution, il faut remonter plus haut, et explorer l'héritage monacal de Lectoure. A la fin du 12e siècle, les Carmes s'installent à Lectoure hors des remparts, près de Fontélie. Ils implantent leur second couvent à l'intérieur des remparts, dans la seconde moitié du 15e siècle. En 1695 le couvent comptait six religieux. Confisqué sous la révolution, il est vendu comme bien national le 30 avril 1791. L'église devient celle de la paroisse du Saint-Esprit et les bâtiments conventuels sont transformés en école. Les Frères des Ecoles Chrétiennes s'y installent sous le Second Empire (1851-1870). Cette école pour garçons deviendra notre collège actuel. Les lois d'interdiction de l'enseignement congréganiste (1901) et de séparation de l'Église et de l'État (1905) contraignent les frères à quitter Lectoure. En 1906, un prêtre séculier du diocèse d'Auch, l'Abbé TOURNIER, prend en main les destinées de l'établissement, sous le titre de "vicaire instituteur". Il ouvre alors une école primaire et en 1936 il fait de Saint Joseph une école secondaire préparant au baccalauréat.

Lectoure Ecole Saint Joseph ancien couvent des Carmes Vue aérienne fin des années 1950 Archives municipales

vue aérienne datant de la fin des années 1950 de l'ancien couvent des Carmes. On voit le clocher de l'église du Saint-Esprit, et l'intérieur du cloître, transformé en cour de récréation.

 

Pour les jeunes filles, le site de leur école se situait dans l'ancien couvent des Clarisses, qui est aujourd'hui l'école de l'Immaculée Conception. Les Clarisses-urbanistes sont installées au faubourg dès le XIVe siècle. Leur couvent détruit lors des guerres de religion est reconstruit rue Sainte-Claire en 1617. C'est en 1695 qu'elles sont le plus nombreuses, soit 27 : elles s'occupent alors de l'éducation des jeunes filles de la noblesse et de la bourgeoisie. Pour les mêmes raisons que le couvent des Carmes, la confiscation des biens du clergé pendant la période révolutionnaire de la fin du XVIIIe siècle, le couvent est saisi en 1792 puis transformé en prison. Il est acheté en 1796 puis rapidement cédé à la commune. C'est en 1819 que les Soeurs de Nevers installent dans l'ancien couvent des Clarisses une école primaire et un pensionnat qui subsistera jusqu'en 1903. Elles doivent alors quitter Lectoure pour les mêmes raisons que les frères. Des Ursulines, des enseignantes laïques, les Soeurs de la congrégation lorraine Sainte Chrétienne de Metz après 1940 (repliées à Lectoure suite à la destruction de leurs bâtiments conventuels lors d'un bombardement, appelées par l'archiprêtre SENTEX - cf.ci-dessous - elles enseigneront à l'Immaculée Conception jusqu'en 1948) et enfin les Religieuses de la Providence prennent successivement le relais et font vivre cet établissement jusqu'en 1962, date à laquelle l'école de garçons et celle de filles fusionnent.

Lectoure vue intérieur de lécole de lImmaculée Conception 2

vue intérieure de l'école de l'Immaculée Conception, ancien couvent des Clarisses. Les bâtiments sont distribués autour d'un cloître à 18 arcades.

 

De 1906 à 1959, exceptées les quatre années de 14 à 18 où il servit comme infirmier, c'est pendant tout un demi-siècle que l'Abbé TOURNIER, enseignant et directeur, sut tenir et faire grandir son institution. Son rayonnement personnel fut déterminant pour l'avenir de l'école et il marqua très profondément ses élèves par la qualité de son enseignement.

Abbé Tournier petit format

Une des rares photos que nous ayons de l'abbé Tournier (1878 1959), datée du 20 sept. 1938

 

Il est également à noter que pendant la deuxième guerre mondiale, l'archiprêtre Arthur SENTEX, également professeur de philosophie en terminale à Saint Joseph, sauve de nombreuses personnes par des faits de résistance. Il permet notamment à plusieurs Juifs d'échapper à des rafles, par exemple Israel Weissmann, qu'il dissimule dans le clocher de l'église du Saint-Esprit qui jouxte Saint Joseph. Le 24 février 2010, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem lui a décerné le titre de Juste parmi les Nations.

Abbé Arthur Sentex (1889 1947) ; détail d'une photo prise en août 1944

 

En 1950, arrivé depuis peu à Lectoure, l'Abbé Guy de LARTIGUE se voit chargé par l'Abbé TOURNIER de la direction de l'école Saint Joseph. Il exercera cette charge pendant 43 ans, jusqu'en 1993. Il aura aussi, à partir de 1958, la responsabilité de tout l'enseignement catholique du Gers en tant que Directeur Diocésain. Sous sa direction l'école va évoluer, se transformer et se développer grâce à son esprit d'initiative et à sa clairvoyance dans le choix de ses collaborateurs et la constitution des équipes pédagogiques (en 1949 : 35 élèves - en 1993 : 900 élèves).

 Lartigue 002

Abbé Guy de Lartigue (1920 † 1996) ; directeur de l'institution de 1950 à 1993, directeur diocésain de l'enseignement catholique du Gers de 1958 à 1995.

 

Chronologie de la deuxième moitié du XXe siècle, et du début du XXIe.

 De 1949 à 1960 les maîtres travaillent dans des conditions matérielles difficiles, en 1961 les premiers contrats avec l'Etat permettent une vie plus décente. En 1962, les écoles de garçons et de filles fusionnent.

En 1966 le lycée Saint Jean est créé dans le jardin de M. Pierre GARDEIL, qui en devient le directeur.  Pierre Gardeil, directeur de Saint Jean de 1966 à 1983, fut professeur, écrivain, homme de lettres, philosophe, théologien, disciple de René GIRARD et ami de Michel SERRES. Le choeur de Saint Jean est fondé en 1970 sous l'impulsion de Pierre GARDEIL, avec le chanteur Roland FORNEROD.

gardeil 2

Pierre Gardeil (1932 2010)

 

En 1972, le collège Saint Joseph de Fleurance est créé, avec pour premier directeur Monsieur DARICAUD.

En 1993, Bernard BONNET prend la direction de l'institution, suivi en 2011 par Georges BONNET, avec Guillaume COURNET chargé du collège de Fleurance, Laurence SAUBESTRE à l'école de l'Immaculée Conception.

En 2006, le centenaire de l'institution rassemble des centaines de personnes. En 2016, ce sont les cinquante ans du lycée Saint Jean qui sont célébrés.

Bernard Bonnet 2011

Bernard Bonnet, 2011

En 2020, c'est l'ensemble de la direction de l'enseignement secondaire qui se trouve renouvelée: Mme LE COZ devient directrice du collège Saint-Joseph de Lectoure, M. REDOLFI directeur du collège Saint-Joseph de Fleurance, et M. MORASSUT directeur du lycée Saint-Jean. Poursuivant une tradition profondément enracinée dans l'institution, ces trois directeurs sont également professeurs, et continuent de dispenser des cours aux élèves, et d'assurer de manière personnelle l'éducation à la Foi.

Pour toute information complémentaire vous pouvez nous contacter en cliquant ici.